Campagne de la Saale – Tour 4 – Quesnitz 1758

Coincée entre deux armées ennemies, coupée de ses lignes, l’armée du maréchal von Keith se retrouve forcée à la bataille contre une force autrichienne largement supérieure en nombre. Pour Browne, , tacticien doué et favori de Marie-Thérèse,  la victoire semble acquise d’avance, mais contrairement aux prévisions les prussiens vont vendre chèrement leur peau, luttant comme des acharnés et repoussant l’échéance durant plusieurs heures. Finalement, l’armée de l’impératrice remportera la bataille mais en ayant subi de très lourdes pertes.

9h: les premières divisions arrivent sur le champ de bataille, les prussiens adoptent une position défensive, dans la passe de Sashen (voie d’accès directe vers Quesnitz et la route de Naumberg) et sur le Sashen-Anhalt, plateau qui se situe au centre de la plaine. Dans le même temps, les grenzers autrichiens investissent le petit village de Meineweh.

28 octobre 5
10h: Browne lance trois divisions à l’attaque. A gauche, supporté par une petite force de cuirassiers (dont le régiment de la Garde), Campitelli pénètre dans la passe. Au centre, les premiers régiments de la division Esterhazy arrivent sur le Sashen-Anhalt, pour trouver la division de Grenadiers de Klakstein solidement installée, supportée par une vingtaine de canons. A droite, la division de Baden-Durlach traverse la rivière Grazilbach à gué pour entamer un mouvement tournant.

28 octobre 1
11h: Sur l’aile gauche autrichienne, l’offensive des régiments hongrois et autrichiens est stoppée par le feu soutenu des régiments du général Strekow. Plusieurs unités impériales replient même en désordre. Au centre, une première charge des régiments d’élite de Browne est neutralisée (un régiment de grenadiers de la Garde perd même les 2/3 de ses troupes dans l’assaut).
12h: l’aile droite autrichienne prend position sur le flanc gauche des ligne ennemies. Deux bataillons d’artillerie commencent à pilonner le plateau pendant que les premières lignes s’avances vers les pentes Ouest du plateau.

28 octobre 2

13h: Browne lance l’attaque générale, quatre divisions autrichiennes se lancent à l’assaut des lignes ennemis. La poussée la plus forte d’effectue dans la passe de Sashen, où sont engagés de nombreux corps à corps. Sous le nombre, les Prussiens commencent à céder. L’aile droite autrichienne arrive a portée de mousqueterie ennemie et engage au feu les lignes Prussiennes installées plus haut. Au centre, des attaque autrichiennes sont lancées mais, mal coordonnées, elles sont facilement repoussées.
14h: Toutes les forces des deux camps sont engagées, Browne lance sa réserve d’infanterie (une division sous le commandement de Büccow pour soutenir son aile gauche, qui n’arrive pas à faire la différence.
15h: Browne fait replier ses premières lignes et lance ses troupes fraîches sur des Prussiens qui commencent à faiblir.

28 octobre 4

16h: L’aile droite Prussienne est décimée. Sans trop y croire, von Keith lance une division de cavalerie pour empêcher l’armée d’être prise en tenaille. Sur le plateau, les Prussiens plient mais ne craquent pas. Installée en mauvaise positon en bas de la pente, l’aile droite autrichienne subie de lourde pertes mais les régiments tiennent le coup, même sous la mitraille.

28 octobre 3
17h: Sur la droite Prussienne, la division de Buddenbrock charge témérairement contre des lignes Autrichiennes qui se réorganisent après la destruction de l’aile droite Prussienne. Deux régiments se ruent sur les lignes d’infanterie. Surpris, la première ligne  de fantassins autrichiens cède. Les cavaliers penetrent dans la breche créée par les régiments en déroute. Mais leur percée les amènent au milieu des lignes ennemies et face aux canons lourds du bataillon de Campitelli. Privé de soutien, ils sont encerclés et massacrés. Dans le même temps, deux autres régiments tentent de déloger la cavalerie ennemie installée sur le mont Sashen. Sans succés. Ils se replient veers l’arrière en désordre. Au centre, sentant la victoire a portée, Browne lance une violente charge (4 régiments de ligne dont les Grenadiers de la Garde). Les pertes sont énormes mais l’assaut porte ses fruits. Plusieurs régiments Prussiens craquent et déroutent. Sur le versant l’ouest du plateau, l’artillerie prussienne est détruite par le pilonnage des batteries autrichiennes installées dans la vallée.
18h: Les troupe de Browne suppriment les dernières poches de résistance ennemies. La victoire est consommée mais elle aura coûté très cher.

Bilan: victoire majeure autrichienne

Prusse: 7000 morts et blessés, plus de 10000 prisonniers (dont tout l’état-major Prussien), 24 canons capturés

Autriche: 9500 morts et blessés, 12 canons perdus

Share:

Poster un Commentaire

Laisser un commentaire

  S’abonner  
Notifier de