Entretien avec Frédérick Condette de The Red Joker

A l’occasion de l’annonce du prochain projet de jeu en financement participatif de la maison d’édition The Red Joker, nous avons demandé à Frédérick Condette de nous parler de ses projets passés, présents et à venir.

G&P : Bonjour Frédérick, The Red Joker est une maison d’édition qui a précédemment sorti plusieurs jeux dont la série OKKO, Guardian’s Chronicles, La Vallée des Rois, Fortress and Clans, Highway to Hell et dernièrement Cyber-Odyssey. Mais avant tout, pourrais-tu te présenter en quelques phrases pour nos lecteurs ?.

F.C : Bonjour à vous !
Je suis le gérant de la société The Red Joker qui existe depuis 2013 et, comme tu l’as souligné, a déjà publié un certain nombre de jeux par l’intermédiaire de plateformes participatives. Avant cela, je travaillais dans l’industrie du jeu depuis l’année 2000 où j’ai débuté comme graphiste chez la feu société Rackham. Mon parcours m’a ensuite entrainé vers d’autres acteurs du milieu tels Tilsit éditions, Asmodée, M6 interaction ou encore Hazgaard Éditions. L’envie m’a toujours taraudé de développer des jeux aux univers propres et, après moults péripéties et l’avènement des projets Kickstarter, l’occasion était idéale pour lancer ma propre société d’édition il y a presque dix ans à présent.

G&P : La première question porte sur votre dernier jeu proposé en financement participatif (Cyber Odyssey) en 2021 avec 573 contributeurs pour 68000€. Pourrais-tu faire le point sur son développement car j’ai pu voir l’avancement prometteur des figurines ?

F.C : Effectivement, nous travaillons sur ce projet avec Arnaud Boudoiron dont la qualité du travail n’est plus à démontrer.

A ce jour nous sommes toujours en train d’affiner les règles pour rendre le jeu le plus fluide, dynamique et immersif possible. Cette partie du projet à été assez compliquée et a pris plus de temps que prévu mais nous devrions mettre un point final au livret de règle d’ici le mois de Juillet. Nous allons aussi mettre un coup d’accélérateur pour réaliser l’ensemble des figurines prévues. Il me tarde de les voir toutes réunies sur une table de jeu !

G&P : Plus largement, quel est ton analyse sur la situation de la production en chine et de son acheminement ? Comment gérez-vous cette situation inédite ?

F.C : On en sourit aujourd’hui car nous voyons le bout du tunnel mais les deux années passées ont été vraiment difficiles en terme de production et de coût des transports.

Les devis qui avaient été pris lors des campagnes précédentes ont subi une augmentation de près de 20% et les coûts de transport ont été multiplié par 8 …

Pour autant nous avons tout de même réussi à livrer le deuxième tirage d’Okko Chronicles, certes avec du retard, mais en assumant totalement ces augmentations.

Le projet qui a été le plus impacté reste Okko le jeu de cartes (Okko – Voyage Légendaire). Nous avons tenté de le faire produire en Europe mais cela a été littéralement impossible pour deux raisons majeures : Le prix exorbitant des productions françaises et l’impossibilité de faire fabriquer une boîte particulière comme le sont celles de la gamme Versus (boîte à volets aimantés). 

Nous ne nous voyons pas demander une rallonge à nos souscripteurs qui nous font confiance depuis dix ans et sommes donc reparti produire en Chine.

Aujourd’hui le jeu est livré en Asie et en Australie et devrait l’être d’ici la fin du mois de Mars aux Amériques et en Europe.

G&P : Cela change t-il ta vision de ce modèle économique et cela aura t-il un impact sur les prochains projets The Red Joker ?

F.C : Non, je ne pense pas. Le modèle de financement participatif est devenu incontournable dans le monde ludique et permet toujours de créer des jeux qui ne pourraient exister avec des modèles économiques plus classiques.

La réflexion s’est déjà faite autour des problématiques de production et de transport. Mais, par exemple, il est toujours impossible de faire produire en Europe un jeu aux caractéristiques un peu particulières ou comprenant des composants en plastique pour des raisons de coût mais surtout de savoir-faire. Quant au transport, nous ne pouvons qu’espérer que le marché redevienne raisonnable lors de nos prochaines productions.


G&P : A la lecture du site internet, vous avez trois gammes en développement :
Chronicles, Odyssey et Versus. Peux-tu développer les particularités de chacune ?

F.C : La gamme Chronicles permet d’incarner un personnage et de collaborer avec les héros des autres joueurs pour résoudre une enquête ou une aventure donnée. Pour chaque jeu, le système de gestion des héros reste le même. Il est basé sur une main de 8 cartes propre à chaque personnage qui définira ses compétences et particularités. L’une de ses cartes représente la faiblesse du personnage et devra être joué au moment opportun pour ne pas désavantager tout le groupe.

Guardians Chronicles, le premier jeu de la gamme, proposait à un groupe de 4 super héros d’investir la base d’un super vilain, le Doktor Skarov, pour l’empêcher de réaliser ses plans machiavéliques.

Le deuxième opus de GC mettait en scène deux groupes opposés de super héros qui devait mettre fin aux agissements de divers super vilains gérés par le système tout en essayant de retirer le plus de gloire possible pour son propre groupe.

Ensuite vint Okko Chronicles. Là, les héros tirés de la bd éponyme sur fond d’un japon médiéval, doivent enquêter dans divers palais pour démasquer l’un de ses hôtes derrière lequel se cache un puissant et maléfique Oni

Enfin, d’ici quelques jours, nous allons lancer une nouvelle campagne KS présentant une nouvelle boîte de jeu où Okko et ses compagnons devront défendre des fortins et empêcher des hordes de morts-vivants de déferler sur l’empire du Pajan.

La gamme Versus a pour but de présenter des jeux pour deux joueurs indépendants les uns des autres mais prenant place,  à chaque fois, dans un univers particulier. Ces jeux se veulent simples et rapides (30 à 45 mn) et permettent  à la génération de vieux geeks dont je fais partie de s’adonner à sa passion de mondes imaginaires avec ses enfants ou des personnes joueuses moins familières des jeux spécialisés. 

Dans ce sens, La Vallée des Rois reprend les codes des récits d’aventure et d’exploration tels ceux d’Indiana Jones ou Lara Croft. Forteresses & Clans prend place dans un monde médiéval fantastique alors qu’Highway to Hell se déroule dans un monde post apocalyptique à la Mad Max.

La gamme Odyssey propose aux joueurs de gérer une équipe de personnages qui devront passer les étapes d’une aventure proposée en visitant divers lieux, chacun représentés par un plateau. Par exemple, dans Cyber Odyssey, chaque plateau représente un quartier de la ville futuriste de New Eden. Les joueurs envoient leurs Agents enquêter ensemble ou séparément aux quatre coins de la cité. L’idée est de donner au joueur une impression d’évoluer dans un monde ouvert où il lui appartiendra de décider quoi faire de ces agents qu’il essayera aussi d’optimiser pour arriver à ses fins en augmentant leurs caractéristiques et en les équipant de différentes manières.

Dans mon esprit ce système peut se décliner à de multiples univers. On peut imaginer un jeu space opéra ou des équipages se déplacent de planètes en planètes, un jeu ou il faudra gérer la carrière de musiciens dans les années 80, quelque chose de plus historique en évoquant les secrets des Templiers … 

Q&P : The Red Joker prépare un nouveau projet Kickstarter OKKO Chronicles-Cycle of Earth, que nous préparez-vous ?

F.C : La bande dessinée de Hub se compose de dix albums répartis en cycles. Chaque cycle se déroule sous le signe d’un élément particulier : l’eau, la terre, l’air, le feu et le vide. Le premier jeu Okko Chronicles relate des événements propres au cycle de l’eau. Il paraît logique de continuer l’aventure avec le deuxième cycle, celui de la terre.

Ici, le défi proposé est plus guerrier que le précédent. Alors que dans le premier opus, les joueurs devaient se confronter à la fluidité d’une enquête, ici, ils devront affronter la rudesse des combats désespérés contre une horde de morts-vivants dirigés par les moines du Karazu, bien connus des lecteurs de la bd.

Comme expliqué plus haut, le système de gestion de son personnage reste le même que dans la boite précédente et les joueurs d’okko n’auront donc aucun mal à participer à ce nouveau chapitre de la vie d’Okko. Pour autant, les novices pourront se plonger directement dans cette nouvelle aventure sans avoir eu besoin de passer par la boîte précédente.


Q&P : Enfin, tu as toute liberté pour nous faire part de tes projets, de tes rêves à venir.

F.C : Vaste question ! J’ai en effet en projet de proposer un nouvel épisode pour Guardians’ Chronicles, ajouter des figurines dans les prochains jeux de la gamme versus et je pense que cette histoire de musiciens évoluant dans un Londres des années 80 pourrait avoir un potentiel inattendu …

G&P : Merci Frédérick, à bientôt.

Joel Rozan

Boulimique ludique, apprécie particulièrement les festins riches en pions et en meeples

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.