Freshwater Fly: la critique

Freshwater Fly est présenté dans une boîte cloche dont l’illustration ne laisse aucun doute sur le thème exploité : la pêche à la mouche. A l’intérieur, un plateau central représentant une section de rivière, 4 plateaux joueurs représentant la canne à pêche (enfin, plutôt son moulinet), un deck de cartes 48 Poisson et un autre de 16 cartes Rocher, 9 dés à six faces, 60 jetons larves de couleurs et leur sac de pioche, des tuiles Impulsion, 7 tuiles Larves, 1 gros (mais alors très gros) pion Lancer, 4 cartes Ferrer, 12 jetons Mouche, 4 jetons Frein et 4 jetons Finesse pour les plateaux Moulinet et, bien sûr, un livret de règles. Un manuel fort de 32 pages mais bien aéré et riche en exemples et en illustrations.

Et au milieu coule… un plateau

Freshwater Fly est un jeu de collections. Des collections de poissons et de larves. Les objectifs sont définis par le plateau Moulinet. Par exemple, un plateau Moulinet vous donne des points supplémentaires pour chaque larve orange, grise, jaune et bleu collectée, pour chaque truite fario pêchée et pour chaque tierce de Omble/truite arc-en-ciel/truite mouchetée. Il y a également un objectif commun qui donne 5 points de victoire pour chaque carré de larves (et non pas de larves carrées). Les joueurs ont ainsi des objectifs différents, ce qui évite à la fois le mimétisme et des épuisements intempestifs de filons Poisson et Larve. Chaque poisson pêché, indépendamment des objectifs, rapporte également des points de victoire.

Lors de la mise en place de la partie, on dispose des cartes Poisson (face points de victoire cachée) sur les cases Eau et des cartes Rocher sur les cases, ben… Rocher. On place les tuiles Larve dans leurs emplacements sur la partie basse du plateau central, puis on pose aléatoirement (en piochant dans le sac) sur chaque tuile un nombre de pions Larve dépendant du nombre de joueurs. Le deck de cartes Poisson restantes est placé sur l’emplacement dédié du plateau central. Oui, c’est une rivière aux ressources inépuisables. Chaque poisson pêché est immédiatement remplacé par un autre.

On prépare ensuite sa canne à pêche en plaçant dessus ses pions Frein et Finesse. Puis on choisit une mouche de couleur. On lance les dés qui serviront pour effectuer des actions. Vous êtres près ? Lancez !

Lancez !

Chaque joueur joue à son tour, dans le sens des aiguilles d’une montre.

Avant de pouvoir sortir un poisson de l’eau et le présenter fièrement à votre entourage, il va falloir lancer votre ligne. Pour cela, on choisit un dé et on place le pion sur une case Poisson (ou Rocher) correspondant au chiffre du dé choisi. On regarde si ça mord. Pour cela, il faut que la couleur de la mouche corresponde à celle d’une des larves de la colonne. Si cela n’est pas le cas, le pion Lancer dérive vers l’aval, sur une case adjacente (orthogonalement ou diagonalement). On vérifie à nouveau si ça mord. Dans le cas contraire, la ligne dérive une dernière fois vers l’aval où l’on procède à la même vérification. Si aucune larve ne correspond à la mouche. Pas de bol, votre tour est fini. Vous pourrez réessayer au tour prochain. Par contre, si cela mord, ce n’est pas encore gagné car il va falloir ferrer !

Il y a 4 cartes Ferrer. Le joueur va piocher une carte Ferrer à l’endroit où il a posé son pion Lancer. S’il ne pioche pas la carte Ferré, le pion Lancer dérive sur la colonne en aval. On vérifie en piochant deux nouvelles cartes Ferrer. Idem dans la troisième colonne le cas échéant. Attention, on tire une ou plusieurs cartes Ferrer que si la couleur d’une Larve correspond à celle de la mouche utilisée. Quand un Poisson est ferré, on prend la carte Poisson que l’on pose à l’endroit prévu sur le plateau Moulinet (en fonction de la couleur du poisson, qui correspond à son poids) et l’on collecte également le pion Larve.

Moulinez !

Une autre action possible est de Mouliner. C’est cette action qui va vous permettre de tirer le poisson hors de l’eau. Pour cela, bien entendu, il faut qu’un Poisson ait été ferré et soit placé sur votre plateau Moulinet. Vous choisissez un dé et tournez le Moulinet d’un nombre de cases égal à la valeur du dé moins la Force du poisson. Vous obéissez ensuite à la consigne indiquée sur la case du Moulinet. Une case permet de choisir une tuile Impulsion, une autre d’augmenter votre valeur de Finesse, une autre vous permet d’activer le Frein (qui annule la Force du Poisson). A chacun de vos tours de jeu, vous allez ainsi choisir un dé pour tourner votre Moulinet, chaque tour de Moulinet rapprochant le Poisson de la zone de sortie. Une fois le Poisson sorti et placé dans votre collection, vous allez pourvoir relancer votre ligne (enfin, cela veut dire placer de nouveau le pion Lancer sur le plateau principal, mais ça, vous l’aviez compris, n’est-ce pas?).

La pêche, un sport de Finesse.

La troisième action possible est d’augmenter votre Finesse de 2 sur l’échelle de Finesse. La Finesse n’est pas un élément à négliger car elle procure des actions bonus. Certaines actions bonus sont à exécuter quand la ligne est libre (comme changer votre Mouche), d’autres vont vous aider à sortir le Poisson hors de l’eau (bloquer le Frein), et certaines vont vous permettre d’influer sur le plateau central (Déplacer les pions Larve) ou les dés (changer la face d’un dé). Chacune de ces actions coûtent un point de Finesse mais elles ne peuvent être exécutées que lorsqu’on a atteint un seuil fixé (par exemple, pour bloquer le Frein, il faut disposer de 4 points de Finesse).

A noter que lorsque vous ferrez un Poisson qui est sur une carte adjacente à un Rocher, vous piochez une carte Rocher (Compétence) qui va vous amener des possibilités d’actions Bonus très intéressante.

Comme il est beau mon panier !

La partie s’achève à la fin du tour au cours duquel un joueur a collecté sept cartes Poisson. On procède alors au comptage des points, qui est finalement assez simple. Le vainqueur est celui qui a accumulé le plus de points. En solo, il s’agit de battre, bien sûr, votre record.

L’AVIS DE G&P

On s’y croirait ! Sincèrement. Bon j’avoue, je n’ai jamais pratiqué ce sport. Mais le jeu est tellement bien découpé que l’on a vraiment l’impression de reconstituer les étapes qui constituent l’exécution de la pêche à la mouche. On lance, on ferre, on mouline… On souffre à faire tourner son Moulinet quand son Poisson est très lourd (ou très fort). Oui, certaines cartes Poisson ont une force de 5 (ils rapportent bien entendu plus de points) et, donc, sans user de Finesse, il va vous falloir un temps fou pour l’ajouter à votre collection. Il faut bien planifier ses actions, penser à utiliser ses cartes Rocher et ses tuiles Impulsion. Par contre, ce jeu profite d’un gameplay très intuitif. On est devant un jeu Expert, certes, mais finalement doté de mécanismes vite assimilées et hyper-fluide (je l’avais préparée, celle-là). Le seul reproche que je pourrais faire à Freshwater Fly, c’est sa durée, un peu trop longue au regard des actions possibles, ce qui rend le jeu un peu trop répétitif, et le manque d’interaction entre les joueurs. Des éléments qui finalement rendent le jeu solo presque plus intéressant que le mode multiplayer. Finalement logique, non? La pêche à la mouche n’est-elle pas avant tout un loisir solitaire? Pour finir, notez que le livret de règles propose également des scénarios, ce qui contribue au renouvellement des parties.

Un bon jeu de collection et d’open draft, au thème très fort.

J’AIME BEAUCOUP

FICHE TECHNIQUE

FRESHWATER FLY

Un jeu de Brian Suhre
Illustrations de Darryl T. Jones
1 à 4 joueurs / 40 à 90 minutes / 14 ans et plus
Thème: Nature / Pêche
Mécanique: Open Draft / Dice Bag / Collection
Complexité: Initié
Matériel: 1 plateau de jeu double-face, 4 plateaux Moulinet, 48 cartes Poisson, 60 jetons Larve en bois, 1 sac en tissu, 1 jeton Lancer en bois, 16 cartes Compétences, 12 jetons Mouche, 9 dés, 7 tuiles Larve, 5 tuiles Impulsion, 4 jetons Frein, 4 jetons Finesse, 4 cartes Ferrer, 1 pack Maître Pêcheur, tuiles Impulsion, 4 cartes Référence, 1 jeton Joueur Silencieux Ed. Kickstarter, 1 livret de règles.
Edition: Boom Boom Games / Bad Taste Games
Distribution: Novalis
Prix moyen: 44,95€


Nicolas Lamberti

Nicolas Lamberti, journaliste et traducteur freelance, critique littéraire et réalisateur de télévision

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.