Alkemy: rencontre avec Nicolas Galliez

Pour appuyer la sortie de la nouvelle version des règles du jeu de figurines Alkemy, l’éditeur Alchemist Miniatures a mis en ligne une vidéo explicative détaillant le nouveau système de jeu.

N’ayant que très rarement parlés de ce jeu ”made in France” dans nos colonnes, nous profitons de l’occasion pour corriger un peu cette négligence. Nous avons donc pris contact avec Nicolas Galliez, le président d’Alchemist Miniatures, qui s’est volontiers plié au jeu du question-réponse.


Bonjour Nicolas, pourrais-tu te présenter et introduire Alchemist Miniatures auprès de nos lecteurs?

Alors, je suis le « président » de la société Alchemist Miniatures qui édite donc le jeu depuis bientôt 7 ans. Mon rôle au sein de la société est de « superviser » un peu tout, nous sommes une équipe de 8 personnes, une personne gère la direction artistique et ce qui touche aux travaux graphiques, 2 personnes gèrent les profils, les tests, les scénarios, tout ce qui concerne le jeu, ainsi que le fluff, une personne participe au fluff et gère les traductions anglaises, une personne gère tout l’aspect informatique des sites internet, une personne gère avec moi le côté commercial, une autre également un peu ainsi que tout l’aspect facturation/comptabilité, et la dernière gère le stock ainsi que les commandes de la boutique en ligne. A mon niveau, je m’occupe essentiellement de la communication (Facebook, vidéos, forums, newsletter), de la relation client, du développement commercial et puis je « pousse » (sourire) très régulièrement les personnes de l’équipe. Aucun de nous n’est salarié de la société, nous avons tous un « vrai » métier comme je dis souvent, et nous nous occupons d’Alkemy en plus de notre quotidien. De mon côté, je suis très facilement à 4 heures par jour, et suivant ce qu’il y a à faire, on peut considérer que chaque personne passe en moyenne 1 à 2 heures par jour. Nous sommes tous fans de l’univers que nous avons repris, et je le dis souvent, mais c’est une chance d’avoir pu reprendre la licence d’un jeu dont on est fans. Nous avons beaucoup d’idées, beaucoup de choses à développer sur le jeu de figurines Alkemy et de projets annexes, il suffit juste d’avoir du temps et des moyens (sourire)

Pour ceux qui ne connaîtraient pas Alkemy, peux-tu nous faire un bref descriptif des ses principes de jeu et de son univers ?

L’univers d’Alkemy se déroule dans un contexte Exotic Fantasy. J’ai “inventé” ce terme un peu “différent” car avec Alkemy, on sort des sentiers battus du “traditionnel” Médiéval Fantastique. Dans Alkemy, il n’y a pas de nains, pas d’elfes, pas d’orcs, pas de dragons, mais des Khalimans, des Naashtis, des Aurloks, des Utopians, des Radosis, etc. Nous sommes dans un contexte médiéval mais pas mal de choses sont “exotiques”, d’où ce terme utilisé. Pour les Khalimans, l’influence fait penser aux milles et une nuits, pour les Naashtis, on peut penser aux incas ou pourquoi pas à l’Inde, pour les Aurloks, c’est clairement l’influence Amérindienne, pour les Utopians, on se tourne plutôt vers la culture Vaudou, et pour les Radosis, nous sommes plutôt sous l’empreinte africaine. A savoir que ces peuples sont un mix d’hommes et d’animaux (anthropomorphes) pour la plupart. Il y a aussi des peuples humains qui sont plus “classiques” dans leur approche, mais toujours avec cette petite “pointe” d’exotisme.

Pour faire un résumé de l’univers, il y a la déesse “Elle” qui a créé la planète Mornea et qui a installé dessus ses 4 “enfants”, les architekts. Elle leur a dit de faire quelque chose de cette planète vierge et qu’elle reviendrait plus tard. Ils ont ainsi créé les saisons, la végétation, et peuplé d’animaux. Ils ont peint sur une grande fresque de verre des couleurs, liées aux saisons qu’ils avaient chacun créé. Quand “Elle” revint, “Elle” fût en colère de voir ce qu’avaient créé ses enfants. Elle brisa la grande fresque de verre qui s’éparpilla en mille morceaux, sur l’ensemble de la planete Mornea, et demanda à chacun de ses enfants de disparaître. Les 4 architekts ne pouvaient pas laisser les choses ainsi avant de disparaître. Chacun d’eux créa ses propres enfants avant de disparaître. Au fur et à mesure du temps, les enfants ont fait des enfants et les peuples se sont agrandis, jusqu’au jour où la Triade de Jade, tomba sur ces fameux fragments de la fresque de verre, et ils trouvèrent qu’ils renfermaient des propriétés particulières. Ainsi naissait la découverte et l’usage de l’alchimie pour la Triade de Jade. Ce peuple se mit en tête de conquérir et baliser la planète Mornea pour acquérir tous ces fragments alchimiques. Ils entrèrent alors en conflit avec les autres peuples et débuta la Guerre alchimique.

Voila, c’est le “point de départ”, de façon très résumée. Il y a beaucoup de choses avant et après ce résumé bien évidemment. De façon conjointe, il y a des personnages issus de chaque peuple, qui, à travers leur histoire personnelle, vont comprendre qu’une entité est “derrière” beaucoup d’événements qui surgissent sur Mornea. Ils vont ainsi se réunir autour d’un groupement dénommé “La Loge”, oublier leur animosité envers les peuples “ennemis”, et combattre ensemble cette entité nommé le Shaal.
A savoir que sur la chaîne youtube, nous avons une playlist « histoires » avec des vidéos en textes et en images sur la genèse de la création, et nous allons ajouter d’autres vidéos de ce type.

Au niveau du principe de jeu, Alkemy est un jeu de figurines d’escarmouche. Le jeu a été créé en 2008 par l’équipe Kraken Editions, on jouait à l’époque sur une surface de 1m20 x 90cm avec 300 points de figurines (entre 10 à 12 figurines), et lorsque nous avons repris la licence du jeu en 2013, nous avons adapté le jeu dans un format plus court (Blitz) pour une surface de 60 x 60 cm avec 180 points de figurines (6/7 figurines en moyenne). Le temps de jeu a été divisé par 2, nous sommes passés de 2 heures de jeu pour le format initial à 45 minutes/1 heure pour le format Blitz. Il existe aussi désormais le format Origin qui se joue sur une surface de 90 x 90 cm avec 280 points de figurine, pour un temps de jeu de 1h30. Actuellement, nous avons donc 2 formats de jeu : Blitz et Origin, qui peuvent se jouer à 2, 3 ou 4 joueurs.

Chaque joueur constitue sa liste d’armée avec 1 héros obligatoire, et chaque figurine a un coût en point, il ne faut pas dépasser 180 points pour le format Blitz. Chaque figurine a des valeurs d’ESPrit, de REFlexes, de COMbat, de DEFense, des points de vie avec un système de 3 couleurs (blanc, jaune, rouge) qui sont liés aux dés utilisés au cours du jeu. Les dés blancs vont de 1 à 6, les dés jaunes de 1 à 5 et les dés rouges de 1 à 4. Ainsi, plus votre figurine est blessée, plus elle aura du mal à blesser les figurines adverses et des points d’action (PA) allant de 2 à 4. Sur chaque face de dé, il y a aussi des symboles (masse, hache et épée), qui, par combinaison de 2 dés, indiquent les dommages qu’occasionnent une figurine au combat ou lors des tirs. Chaque figurine a une table de DOMmages avec ces combinaisons de symbole. Ainsi, en un seul jet de dé, on sait si on passe la DEFense de l’adversaire et le nombre de DOMmages infligés.

Alkemy se joue tout le temps avec un scénario, le but du jeu n’est pas de détruire les figurines adverses. D’ailleurs, si vous éliminez toutes les figurines ennemies, la partie est un match nul, il faut laisser au moins une figurine adverse en vie. Il existe près d’une cinquantaine de scénarios, avec des genres différents, prise d’objectif, contrôle de zones, activation d’objectif, etc. et c’est ce qui permet une très grande rejouabilité. Ainsi, en jeu, il faut souvent trouver l’équilibre entre jouer le scénario et éliminer les figurines adverses afin qu’il ait moins de PA pour jouer le scénario.
Il y a bien sûr l’alchimie. Lors de la préparation de la table de jeu, les joueurs vont poser des décors et ensuite poser des pions (composants alchimiques) qui sont ces fameux fragments de la grande fresque de verre. Les alchimistes vont devoir récolter ces pions pour utiliser leurs formules alchimiques.

Au niveau du système, nous sommes sur de l’activation alternée, c’est à dire que j’active une carte de profil pour jouer une figurine, je dépense les PA et une fois la figurine inactive, la main est à mon adversaire. Lorsqu’il joue, je peux réagir s’il attaque une de mes figurines à qui il reste des PA. On peut aussi passer la main, réactiver une figurine, c’est ainsi très tactique et simple dans le même temps, puisque toute action coûte 1 PA à Alkemy : marcher, charger, combattre, tirer, lancer une formule, etc. sauf courir qui coûte 2 PA, et les scénarios qui ont des particularités en dépense de PA.

Pour finir sur le système, les combats se gèrent avec des cartes de combat. Lors d’un combat, chaque joueur va choisir en secret une carte de combat parmi les 5 initiales (certaines figurines ont des cartes de combat supplémentaire), la pose face cachée, et les joueurs révèlent leur carte. Il y a 3 cartes d’attaque, rapide, normale et brutale. Avec la rapide, vous avez plus de chance de frapper avant, mais ferez moins de DOMmages, la normale, rien de particulier, et la brutale, vous frapperez logiquement après votre adversaire mais occasionnerez plus de DOMmages si vous touchez. De plus, il y a une interaction entre ces 3 cartes de combat sur le principe de pierre-feuille-ciseau. Si vous avez posé la « bonne » carte contre la carte de l’adversaire, vous obtenez 1 dé bonus au combat. Il faut donc réfléchir à savoir si vous souhaitez frapper en premier, ou bien faire plus de DOMmages, et/ou voir si vous souhaitez obtenir 1 dé bonus pour le combat. Il y a également une carte de Parade qui permet de se défendre contre une attaque adverse. L’usage des cartes de combat est sur un système très simple mais il se révèle assez tactique également.

Alkemy est un jeu aux mécaniques simples, avec une grande richesse tactique dûe aux scénarios et évidemment aux nombreux profils de chaque faction – sous/faction.

Pour continuer sur ma première question ; en quoi Alkemy se différencie-t-il des autres règles de jeu de figurines ? Par ailleurs, comme il plusieurs échelles de jeu, y ‘a-t-il plusieurs manières de l’appréhender ?

Comme exposé juste avant, je pense que la singularité des règles est en tout premier dans le système de dés qui est vrai excellent. Ce n’est pas moi qui ait créé les règles et il faut rendre hommage à l’équipe initiale qui a trouvé des idées vraiment excellentes. Ce fameux système de dés liés aux points de vie de la figurine, c’est simple mais ingénieux, et ce qui est vraiment excellent également, c’est le fait qu’en un seul jet de dés, vous savez si vous passez la DEFense adverse, et le nombre de DOMmages que vous occasionnez. Vous ne faites pas de nouveau un jet, pas de jet de sauvegarde, etc. Alkemy, vous allez lancer de 2 à 4 dés, et vous en conservez toujours 2. Le système des cartes de combat est aussi très bien imaginé, c’est simple et ça fonctionne à merveille. Je pense qu’Alkemy se différencie déjà par son univers, par rapport à d’autres univers de jeu de figurines, et au niveau des règles, je pense que c’est l’un des plus abordables. Comme je le dis souvent, à Alkemy, les joueurs jouent ensemble. J’ai souvent fait des démonstrations en salon à des enfants entre 8 à 10 ans, et ils comprennent les règles facilement. En une partie de démonstration, les règles sont assimilées. Et dans le même temps, vous allez devoir creuser l’aspect terriblement tactique du jeu, qui devient comme un jeu d’échec.

Pour l’échelle de jeu, nous avons effectivement 2 formats : Blitz et Origin comme expliqué. C’est deux façons de jouer différentes, le format Blitz est plus « nerveux », plus « létal » et la moindre erreur peut être fatale. Vous êtes très rapidement en contact avec les figurines adverses. Pour le format Origin, la dimension de la surface de jeu est plus grande, et donc il y a un premier round d’observation si on peut dire. Vous avez également plus de figurines donc un peu plus de droit à l’erreur. Dans le même temps, l’anticipation du placement et des déplacements sont aussi beaucoup plus importants sur le format Origin, c’est donc un ressenti différent en termes de jeu par rapport au format Blitz. Pour chacun de ses 2 formats, il est possible de jouer à 2, 3 et 4 joueurs. Bien sûr, jouer à 2 est différent de jouer à 3 ou 4. A 3 ou 4, la notion de passer la main prend une ampleur plus importante, et il faut jouer avec le fait de faire parfois des alliances, ou bien de laisser s’entretuer les adversaires. La finalité reste que vous devez marquer un certain nombre de Points de Victoire pour remporter le scénario.

Si quelqu’un se présentait devant toi, déclarant souhaiter se lancer dans l’aventure Alkemy, que lui conseillerais-tu ? Au regard du nombre de faction, avec chacune leurs spécificités, le néophyte a de quoi être un peu perdu, non ?

Dans le jeu, il y a 8 factions principales, 6 sous-factions et 2 factions alternatives, soit au total 16 factions et sous-factions.
Les sous-factions reprennent certaines figurines des factions principales, mais elles ont des figurines supplémentaires qui ne sont pas présentes dans les factions. Ça donne ainsi un gameplay beaucoup plus caractéristique.
Les 2 factions alternatives, sont d’une part le cartel du sabre, lié à la ville Acier le long du Canal de la Concorde, qui comprend des figurines de différentes factions, et ensuite, les compagnons de la Loge qui sont le regroupement des personnages issus de différentes factions, qui se réunissent pour combattre le Shaal.

Pour débuter, souvent, les gens ont un coup de coeur pour l’aspect graphique de telle figurine, et ils choisissent la faction en fonction. Ca peut être une façon de fonctionner, et de voir ensuite les profils après.
En revanche, si on aborde plutôt par l’aspect « jeu » et non par le côté figurine, je conseillerai de débuter par le Royaume d’Avalon, la Nation Aurlok ou le Clan Waga. Je pense que ces 3 listes de départ sont une bonne entrée en matière, sans avoir trop de compétences, et avec une prise en main assez facile.
Pour essayer de donner un peu les caractéristiques de chaque starter de faction, sous-faction, en donnant des « notes » en fonction de la facilité/difficulté à prendre en main (1 = facile / 5 = difficile) :
– Royaume d’Avalon : un héros redoutable, alchimiste de protection, 2 tireurs redoutables, 2 troupes très bon rapport qualité/coût en point, et un troupe élite qui enlise les figurines adverses. Niveau = 1
– Nation Aurlok : un héros avec beaucoup de mouvement, un alchimiste qui soigne, une troupe mobile, une troupe redoutable au combat, une troupe élite résistance et extrêmement puissante, et une troupe qui augmente vos capacités au combat. Niveau = 1
– Empire de la Triade de jade : un héros taillé pour le combat, un alchimiste offensif, 4 troupes lanciers qui peuvent combattre à distance, et 2 troupes archers qui couvrent toute la table. Niveau = 2
– République Khalimane : un héros ambivalent, en mode tir redoutable, ou en mode diplomatique joueur de scénario, une alchimiste en combo avec les figurines amies, 2 troupes de base au-dessus de la moyenne, une troupe élite forte et une troupe aux déplacements incroyables. Niveau = 3.
– Citadelle Naashtie : un héros qui encaisse et qui tape, un alchimiste qui va brûler les adversaires, un tireur, une troupe qui combat en double, une troupe qui joue 2 cartes de combat, et une troupe élite résistante qui tape fort. Niveau = 3.
– Utopie d’Irmao : un héros aux multiples tirs, un alchimiste qui gêne les figurines adverses, une troupe qui baisse les points de vie drastiquement, une troupe très bon combattante, une troupe ensileuse et une troupe élite qui va pouvoir se regénérer en éliminant les figurines adverses. Niveau = 3.
– Cultes de Rados : un héros combattant, un alchimiste de protection de feu, 2 troupes résistantes, un tireur harceler et une troupe élite vraiment efficace. Niveau = 3.
– Evadés du Pénitencier de la Dent : un héros tireur et très combattant, 2 troupes de base au-dessus de la moyenne, une troupe semi-élite difficile à atteindre et une troupe élite fragile mais opportuniste. Niveau = 4.

– Sous-faction Avalon – Temple : un héros surpuissant, 3 troupes puissantes au combat, une troupe élite forte au combat et une troupe élite forte au combat, qui pourra soigner. Niveau = 2.
– Sous-faction Aurlok – Clan Walosi : un héros qui tape fort et qui rendra des dommages à ceux qui le frappent, un alchimiste qui soigne, 3 troupes ultra résistantes, une troupe élite particulière avec une botte (carte de combat supplémentaire). Niveau = 3.
– Sous-faction Aurlok – Clan Waga : un héros donnant des avantages aux figurines amies, 2 troupes de base taillées pour le combat, 2 troupes élites résistantes et qui tapent fort, une troupe qui va gêner les figurines adverses. Niveau = 1.
– Sous-faction Avalon – Sanctifiés : un héros à l’alchimie qui aide les figurines amies, un alchimiste qui va enliser les figurines adverses, 2 troupes semi-élites qui vont enliser les figurines adverses, une troupe de base fragile et une troupe élite opportuniste. Niveau = 3.
– Sous-faction Triade – Cobra : un héros fragile aux stats incroyables, une alchimiste de placement, un tireur assez fort, une troupe semi-élite à la frappe chirurgicale, une troupe de placement, et une troupe élite joueuse de scénario. Niveau = 4.
– Sous-faction Khalimane – Sororité : un héros alchimiste qui va générer des ondins, une alchimiste qui va soutenir les figurines amies, 3 troupes semi-élite puissantes, et une troupe qui soutient le héros. Niveau = 4.

Le site Architekt permet de voir tous les scénarios, et de voir tous les profils du jeu pour toutes les factions/sous-factions.

Venons-en à cette nouvelle mouture. J’imagine que depuis sa création en 2008, le jeu a dû subir de nombres révisions. Peux-tu nous dire ce qu’apporte cette nouvelle version ? On revisite totalement le jeu ?

Effectivement, nous avons un nouveau système de jeu, applicable aux formats Blitz et Origin. Vous sélectionnez 1 scénario de plus que le nombre de joueurs, et chaque joueur en met un de côté. Il reste donc 1 scénario à jouer. Bien sûr, en fonction de votre liste d’armée et de celle de votre adversaire, il y a forcément un scénario qui sera à votre avantage, donc il faut choisir le bon, et écarter ceux qui vous sont le moins favorable… En complément du scénario, chaque joueur choisit une carte objectif secret qui va lui apporter des points de victoire supplémentaire. La partie se joue ainsi sur 2 « tableaux ». Et de façon optionnelle, il est possible de jouer en partie avec des cartes de commandement, qui vont vous apporter des avantages durant le tour. Ce nouveau système, sans changer le moteur du jeu, apporte un renouveau et une dimension tactique supplémentaire. Quelque part, on « réinvente » le jeu sans en changer les bases.
De plus, le principe des scénarios et des cartes objectifs est intéressant à utiliser dans un système de campagne. C’est bien sûr intéressant dans une partie, mais ça l’est d’autant plus sur plusieurs parties. Dans le recueil de scénario, il y a une double page qui évoque comment jouer une campagne, avec des préconisations au niveau du format, des listes d’armées, du nombre de tours, etc.

Merci Nicolas, et bonne continuation

La vidéo détaillant le nouveau système de jeu

Si vous voulez en savoir plus sur Alkemy

Site Alkemyhttps://www.Alkemy-The-Game.com/
Boutique en lignehttps://www.Alkemy-The-Game.com/shop/
Chaîne Youtubehttps://www.youtube.com/channel/UChTX57Qa9LDlTM4UHqqfprA
Scénarios et profilshttps://www.Alkemy-The-Game.com/architekt/
Page facebookhttps://www.facebook.com/alkemy.the.game
Forum Alkemyhttps://alkemy.forumactif.com/
Groupe Facebook Alkemy Blitz https://www.facebook.com/groups/Alkemy.Blitz/

Share:

Donner votre avis!

Laisser un commentaire