Camden 1780: Un scénario Volley & Bayonet

Une bataille de la guerre d’indépendance américaine (1775-1783)

LA BATAILLE (16 août 1780)

Le général américain Horacio Bates, héros de Saratoga, descend vers le sud en 1780 pour prendre en charge la campagne de Caroline. Pendant ce temps, le major général Clinton, commandant en chef des armées britanniques, vient de reprendre une partie de la Caroline, et il confie à Cornwallis la tache d’achever la conquête de la Province. Ce dernier envoie en reconnaissance les légions de Tarleton dans la région de Camden, qui rencontrent et mettent en déroute le 18 mai les miliciens de Gordon avant de se s’installer dans la ville et d’y attendre Cornwallis.
Au début juillet, les troupes de Bates entrent en Caroline du Sud et se dirigent vers Camden. De repos à Charleston, Cornwallis se hâte alors de rejoindre ses troupes, qui sous la direction provisoire de lord Rawdon, se sont mis en position défensive le long de Saunder’s Creek, au sud de Camden. Cornwallis, en bon vétéran, reconnaît le terrain et s’aperçoit que son infériorité numérique sera compensée par le fait que le champ de bataille est assez étroit, des forets et des marais protégeant ses flancs. Il décide de prendre l’initiative et il profite de la nuit pour se rapprocher des lignes ennemies. Son aile droite est la plus forte et comme on va le voir, cela va avoir une grosse incidence sur la bataille.

La mort du baron von Kalb

Bates, en effet, est déterminé lui aussi a lancer l’attaque et il choisit de pratiquer une attaque oblique avec une aile droite assez forte qui devra lancer l’assaut. Seulement, il ignore encore que les Anglais se sont rapprochés et lorsqu’au petit matin, il ordonne l’assaut, il est violemment contre-attaqué par toutes les lignes britanniques. Si son aile droite tient, ce n’est pas le cas de l’autre qui est composée essentiellement de miliciens inexpérimentés, et équipés de mousquets sans baïonnettes. Les Miliciens se découragent rapidement et ils commencent à reculer lorsque Cornwallis envoie les dragons légers de Tarleton à l’attaque, sabre au clair. C’en est trop pour les miliciens qui partent en déroute, déséquilibrant totalement le dispositif du général Bates. L’aile droite résiste plus longtemps mais prise de front et de flanc, les Américains partent définitivement en déroute lorsque le seul général qui parvenait à maintenir l’alignement, le baron allemand von Kalb, est tué.
La cavalerie anglaise poursuivra les fuyards sur trente kilomètres. Les Anglais perdent 130 hommes, la plupart du 33ième foot mais ils capturent les 7 canons américains, 1000 prisonniers et tous les bagages ennemis. Quand à Bates, on y ajoute le millier d’hommes qui sont mis hors de combat lors de cette bataille, on peut dire sans exagérer qu’il n’a plus d’armée et que s’achève son rêve de conquête de la Caroline du Sud.

JOUER LA BATAILLE DE CAMDEN AVEC LA REGLE VOLLEY & BAYONET

PÉRIODE UTILISÉE

Toutes les unités d’infanterie formée sont représentées par des socles de régiment. Les troupes de cavalerie sont des dragons légers (cavalerie légère). Les troupes signalées par l’attribut MIL subissent les effets des unités de Milice (voir règle). Les troupes signalées par l’attribut RPE sont des Réguliers Pauvrement Entraînés.
Les troupes américaines équipées de mousquets sans baïonnettes subissent un malus de -1 à leur test de moral en mêlée (pas sur le tir). Les Volontaires de Caroline du Sud (USA) ne peuvent combattre montés. Toute l’infanterie est équipée de mousquets et toute l’artillerie est lisse.

ECHELLE DE JEU

L’échelle de jeu est le 1 :125, aussi :
–          Un point de force d’artillerie représente 2 canons.
–          Un point de force d’infanterie représente 125 hommes ou chevaux
–          Un centimètre sur le champ de bataille représente 20 mètres de terrain réel.
–          Un tour de jeu représente 30 minutes de temps réel.
–          Toutes les portées de tir doivent être doublées.

DURÉE DE LA PARTIE

La parte débute à 7.00 heures et s’achève dés que un des deux partis a détruit ou fait dérouter l’autre. Les Anglais bougent les premiers.

DEPLOIEMENT

camdenES

ORDRE DE BATAILLE AMERICAIN
3500 hommes, 250 chevaux, 7 canons

ARMEE AMERICAINE

Major général Horacio Bates (commandement d’armée)
3 batteries d’artillerie légère (3 x 1-5)
TROUPES DE MILICE
Colonel O. Williams (commandement de corps délégué)
Volontaires montés de Caroline du Sud (1-4, tirailleurs, combat démonté, pas de baïonnettes, MIL)
Militia Troops States (1-4, MIL)
Brigade de milice de Virginie (seuil de fatigue = 3)
Brigadier général Stevens (commandement de division)
1ier régiment du colonel Smith (3-4, MIL)
2ième régiment du colonel Lewis (3-4, MIL)
Brigade de milice de Caroline du Nord (seuil de fatigue = 8)
Brigadier général Caswell (commandement de division)
1ier régiment du colonel Dixon, aile droite (2-5, pas de baïonnettes, MIL)
1ier régiment du colonel Dixon, aile gauche (2-5, pas de baïonnettes, MIL)
2ième régiment du colonel Bates, aile droite (2-4, pas de baïonnettes, MIL)
2ième régiment du colonel Bates, aile gauche (2-4, pas de baïonnettes, MIL)
3ième régiment du colonel Hanes, aile droite (2-4, pas de baïonnettes, MIL)
3ième régiment du colonel Hanes, aile gauche (2-4, pas de baïonnettes, MIL)
4ième régiment du colonel Adams, aile droite (2-4, pas de baïonnettes, MIL)
4ième régiment du colonel Adams, aile gauche (2-4, pas de baïonnettes, MIL)

ARMEE CONTINENTALE

Major général J. de Kalb (commandement de corps)
Légions du colonel C. Armand (1-4, tirailleur, peut démonter)
1ière brigade du Maryland (seuil de fatigue = 2)
Major général Smallwood (commandement de division)
1ier, 3ième, 5ième et 7ième régiments du Maryland (3-4, RPE)
2ième brigade du Maryland (seuil de fatigue = 2)
2ième, 4ième et 6ième du Maryland / Régiment du Delaware (3-4, RPE)

ORDRE DE BATAILLE BRITANNIQUE
2 000 hommes, 150 chevaux, 4 canons

ARMEE BRITANNIQUE

Lieutenant général Lord Cornwallis (commandement d’armée)
2 batteries d’artillerie légère (2 x 1-5)
TROUPES PROVINCIALES (seuil de fatigue = 5)
British légions
Lieutenant colonel B. Tarleton (commandement de division)
Cavalerie du major Hanger (1-4, tirailleurs)
Infanterie du major Miller (1-4, tirailleurs
Régiments de volontaires
Régiment de Volontaires Irlandais de lord Rawdon (2-5, RPE)
Régiment du North Royal Carolina du Lieutenant colonel Hamilton (3-4, RPE)
Régiment des North Carolina Volunteers du colonel S. Bryan (3-4, RPE)
TROUPES REGULIERES (seuil de fatigue = 4)
16ième, 35ième, 23ième light et 71ième Highlanders du Major Smith (1-6, infanterie légère)
23ième régiment de fusiliers gallois du lieutenant colonel Webster (3-4)
33ième Foot du lieutenant colonel Balfour (2-5)
71ième Highlanders du Lieutenant colonel McPherson (2-5, choc)

Nicolas Lamberti

Nicolas Lamberti, journaliste et traducteur freelance, critique littéraire et réalisateur de télévision

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.