KINGDOMINO – LE TEST


La fiche de KINGDOMINO sur Guerre & Plomb


Vous incarnez un seigneur en quête de terres pour étendre son Royaume. Au sein de ce Royaume, chaque domaine vous rapportera d’autant plus de prestige qu’il sera vaste et contiendra de riches bâtiments. Il vous faudra tout explorer pour repérer les meilleurs territoires.Mais d’autres Seigneurs convoitent les mêmes terres que vous…

Avec sa jolie illustration champêtre (fruit du travail de Cyril BOUQUET), qui évoque un peu le ”style” CATAN, la boîte de jeu KINGDOMINO est apte à séduire sans faillir un public familial. L’intérieur est également de qualité, avec un espace de rangement thermoformé, un lot de 48 tuiles dominos imprimées recto-verso (numéro au recto, domino ”territoire” au verso) bien solides avec de jolies illustrations laissant apparaître des petits détails humoristiques. A cela, il convient de signaler la présence de petits châteaux forts à monter en kit et des tuiles carrées qui serviront de points de départ.

PRINCIPES DE JEU

KINGDOMINO est un jeu de placement de tuiles pour deux à quatre joueurs.Chacun d’eux endosse le rôle d’un Seigneur. Sont disponibles, pour chaque couleur, deux pions Roi en bois et le château correspondant. Pour gagner, les joueurs devront développer le plus prestigieux des domaines en agrandissant leurs royaumes et en essayant de créer les territoires les plus rentables.

Dans KINGDOMINO chaque joueur débute avec une tuile carrée de départ, un château et deux Rois de sa couleur (à 2 et 4 joueurs, 1 seul à 3 joueurs). Chaque joueur place alors son château sur la tuile de départ. On forme ensuite une pioche de dominos en les plaçant, aléatoirement, en une pile, la face numérotée visible (à noter que l’on n’utilise pas le même nombre de tuiles selon le nombre de joueurs; 24 à deux joueurs, 36 à trois joueurs, et toutes les tuiles avec quatre joueurs). Quatre tuiles sont ensuite piochées, placées en colonne suivant un ordre croissant, puis retournées côté domino. Après avoir tiré au sort le premier joueur, chacun d’eux, à tour de rôle, sélectionne un domino en posant un de ses pions Roi dessus. Une fois tous les dominos sélectionnés, on forme une nouvelle colonne avec quatre nouvelles tuiles. Le jeu peut alors débuter.

Le joueur dont le roi est placé sur le premier domino va pouvoir agrandir ses domaines en réalisant deux actions:
– Il place son domino en respectant les règles de connections, qui sont identiques à celles de la règle des dominos, des illustrations de champs, prairie, mer, forêt, montagne et marais remplaçant les bons vieux nombres. La tuile de départ cette dernière sert de joker, n’importe quel domino peut lui être adjacent. Dans les autres cas, on peut poser un domino que s’il a au minimum un territoire en commun avec un domino adjacent.
– Il fois ceci fait, le joueur doit sélectionner un nouveau domino dans la nouvelle colonne en venant placer son roi dessus.
Autre contrainte, durant la construction de leurs royaumes, les joueurs doivent veiller à ce qu’aucun de ses cotés ne soit supérieur à 5 cases, pour former un royaume d’une taille maximale de 5×5 cases. Tout domino qu’il ne peut placé doit être défaussé.

Une fois tous les dominos de la pioche placés ou défaussés, le jeu s’achève. Vient alors le décompte des points. Chaque domaine (ensemble de cases de même type de terrain) rapporte un certain nombre de points, en fonction du nombre de cases qui le compose, multiplié par le nombre de couronnes présentes sur le domaine (des icônes couronnes sont imprimées sur certaines cases) en sachant qu’un domaine, aussi grand soit-il, ne rapporte rien s’il n’a pas de couronnes. Le joueur qui affiche le plus haut total gagne la partie

L’AVIS DE G&P

Avec KINGDOMINO, Bruno CATHALA nous propose un jeu assurément très malin. La mécanique évoque bien sûr le jeu des dominos, avec sa simplicité, mais ses particularismes le transforme en un vrai petit jeu de réflexion, accessible et adapté à un public familial (les parties durent environ quart d’heure). Ces qualités, auxquelles on peut rajouter une atmosphère fun et ludique , font de KINGDOMINO une vraie réussite et un jeu qui peut devenir addictif, qu’on l’appréhende comme un moment de détente ou avec un esprit plus compétitif.

LES PLUS
– Du matériel et des illustrations sympathiques.
– Une mécanique efficace.
– Un excellent jeu de réflexion familial

LES MOINS
– Franchement, je ne vois pas…

KINGDOMINO
Vainqueur du prestigieux Spiel des jahres et As d’or jeu de l’année 2017
Un jeu de Bruno CATHALA
Illustrations de Cyril BOUQUET
Edité par BLUE ORANGE (2016)

Share:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.