Les enfants de la flamme (RuneQuest): la critique

L’élégante caravane ludique RuneQuest poursuit sa route chez Studio Deadcrows. Après les ouvrages nécessaires pour diriger les séances de jeu et y participer en qualité de joueur (le livre de base, le kit de la meneuse, le bestiaire, le livret de magie), il était temps de fournir aux MJs la matière nécessaire pour vraiment plonger leurs joueurs dans l’univers de Glorantha. Il faut dire que jusqu’alors, seuls les scénarios inclus dans le kit d’introduction et le livre de base étaient disponible dans la langue de Molière. C’est peu, certes. Il fallait donc y remédier. Et c’est Philippe Auribeau, Pierre Coppet et Gianni Vacca qui, avec une campagne de pure création française, Les enfants de la flamme, amènent ce nouveau matériel indispensable au développement de RuneQuest, Aventures dans Glorantha. Le livre (qui est déjà inclus dans la pack Questeur) sera disponible en boutique début avril.

Les enfants de la flamme est un livre de 126 pages couleurs format A4 à couverture rigide. L’illustration de couverture est de Bernard Bittler et, avec son imagerie guerrière et épique, elle annonce la couleur : une invitation à participer à la guerre des héros ! Avec son titre en relief, sa pagination élégante (mais des polices un peu petites pour mes vieux yeux) et de nombreuses illustrations, Les enfants de la flamme s’inscrit de belle manière dans cette gamme à la direction artistique atypique et l’ouvrage fera votre fierté en figurant dans votre ludothèque. Pour ce qui est du contenu, l’ouvrage est divisé en deux parties : une section encyclopédique et la campagne proprement dite.

LA TRIBU DES DUNDEALOS

La partie encyclopédique fait suite à la carte de la Passe du dragon et à une petite page d’introduction présentant le contexte : cette campagne se déroule dans la Passe du dragon durant les années 1625-1626. Le premier chapitre décrit la tribu des Dundealos (protagoniste principal de cette campagne de six scénarios) qui, victime de l’occupation lunar, a vu ses membres survivants dispersés dans la Passe du dragon. Au début des années 1600, leur hégémonie a cédé la place à celle de la tribu des Enstalos. Mais, aujourd’hui, les Lunars ne sont plus là. Alors…

Cette partie nous apprend tout sur la tribu des Dundealos avec le récit de leur histoire, du premier âge jusqu’à aujourd’hui. On y  lit les circonstances de leur défaite lors de la révolte de fort Dundealos. Un désastre qui a entrainé leur dispersion. On y découvre également leur structure clanique et traditionnelle, leurs relations difficiles avec les grandes personnalités de la Passe du dragon que sont Kallyr Front-Étoilé ou Argrath Taureau-Blanc. Bref, on y apprend tout ce qu’il y a à savoir sur les Dundealos mais aussi les Sartarites, ce qui fait de cette description un élément encyclopédique très utile pour ceux qui souhaitent approfondir leurs connaissances de l’histoire de Glorantha. Cette partie très instructive (je dirais même passionnante) se termine par la présentation de six personnalités dundealos (avec leurs caractéristiques). Des personnages que, bien sûr, les héros seront amenés à rencontrer. Enfin, ce chapitre s’achève sur la brève présentation de six lieux d’importance aux yeux de la tribu.

SWENVILLE

Le second gros chapitre de cette partie encyclopédique présente la cité de Swenville telle qu’elle est en 1625. En une vingtaine de pages, les auteurs nous offrent un panorama complet (superbe carte à l’appui) de cette grande cité sartarite où vont devoir s’attarder souvent les héros. Il y est décrit sa situation politique après le réveil du Dragon et le départ des Lunars. Une situation anarchique où chaque guilde, chaque faction, lutte pour imposer son influence. Les cinq grands quartiers de la cité commerçante sont présentés avec grande précision ainsi que la dangereuse cité naine souterraine, qui est désormais contrôlée par les adeptes de cultes chaotiques. Cette partie dédiée à la description de Swenville se termine par 7 pages de PNJs. En lisant ces pages, une tonne d’idées de scénarios me sont venus à l’esprit.

LA CAMPAGNE LES ENFANTS DE LA FLAMME

C’est une campagne de plus de 60 pages composé de six scénarios. Elle débute à Swenville. Évidemment, je ne vais pas vous en dévoiler l’intrigue. Je vous dirais juste que tout débute par une cité, déjà bien agitée, qui voit sa population en émoi en raison de la disparition de jeunes filles. Et les héros se retrouvent embarqués là-dedans… pour finalement prendre part à des évènements d’importance majeure, voire cosmique. Ils vont beaucoup voyager, jusqu’aux plaines arides de Prax, et faire d’incroyables rencontres. C’est épique, dramatique, parfois grandiose, et super bien écrit. Il s’agit d’une campagne à épisodes assez directive mais un MJ habile va rendre cette sensation totalement indolore tant il y a matière à digresser. Les joueurs, de leur côté, vont se retrouver face à de sacrés défis. Mais la récompense est là car les auteurs nous proposent ici un véritable outil d’immersion dans l’univers créé par Greg Stafford. Par contre, il faut bien dire que, de par sa richesse et le nombre d’éléments à maitriser,  cette campagne s’adresse à des MJs expérimentés et qui ont déjà une bonne connaissance de Glorantha. Quand à ce qui est des personnages, les défis à relever étant assez difficiles, il vaut mieux qu’ils aient un peu de bouteille. Ce n’est pas du tout, mais alors pas du tout, une campagne pour jeunes recrues !

L’AVIS DE G&P

Les Enfants de la flamme, campagne de pure création française, est une preuve (si quelqu’un pouvait encore en douter) du sérieux de Studio Deadcrows dans le développement de la gamme RuneQuest, Aventures dans Glorantha. La partie encyclopédique est très instructive, notamment pour ceux qui n’auraient pas lu Le roi de Sartar, et elle pourra resservir à d’autres occasions. J’aime beaucoup la description de Swenville, riche en détails et prometteuse d’aventures. La campagne, avec ses six scénarios, peut sembler directive (elle l’est quand même un peu) mais les joueurs ne le ressentiront pas du tout si le MJ fait les investissements mineurs nécessaires. Au final, on a affaire ici à une campagne très intéressante, pour des personnages aguerris et des joueurs/MJ expérimentés. Une petite campagne pour néophytes serait maintenant bienvenue.

J’ADORE

LA FICHE TECHNIQUE

LES ENFANTS DE LA FLAMME

Rédaction: Philippe Auribeau, Pierre Coppet et Gianni Vacca
Illustration de couverture: Bernard Bittler
Illustrations intérieures: Bernard Bittler, Kahouet, Eli Maffei, et autres
Cartographie: Olivier SanFilippo, Colin Driver, Thomas Rey
Edition: Studio Deadcrows
Distribution: Novalis
Matériel: livre de 128 pages couleurs à couverture rigide
Prix: 34,90€

RUNEQUEST SUR G&P TV

Nicolas Lamberti

Nicolas Lamberti, journaliste et traducteur freelance, critique littéraire et réalisateur de télévision

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.