Zapotec: la critique

Bienvenue à Monte Albán, capitale de la grande et belle civilisation des Zapotèques.  Vous êtes d’ailleurs ici pour contribuer à la rendre encore plus majestueuse et riche, en exploitant les terres agricoles, en construisant des temples et en bâtissant des villages dans les régions entourant Monte Albán. Pour cela, il va vous falloir également honorer les dieux via des sacrifices et des rituels. Alors, ne perdez pas de temps! Nous devons impressionner par notre grandeur car, autour de nous, les menaces ne manquent pas!

Zapotec est un jeu de Fabio Lopiano (avec un module solo de l’inévitable David Turczi) dans lequel les joueurs sont invités à développer l’empire des Zapotèques, une civilisation méso-américaine contemporaine des célèbres civilisations aztèques, toltèques ou mayas. Pour cela, ils vont devoir agir sur plusieurs curseurs économiques et culturels à travers une mécanique de placement d’ouvriers et de gestions de ressources.

Vue générale à 2 joueurs

LE MATÉRIEL

Zapotec est présenté par Pixie Games, le localisateur et l’éditeur français, dans une solide boite cloche cartonnée. L’illustration de la boite, tout comme celles présentes à l’intérieur du livret de règles, est d’Aleksander Zawada et affiche un style réaliste évocateur d’une imagerie précolombienne bien ancrée dans nos esprits.

A l’intérieur, un plateau de jeu représentant les régions environnant la capitale, 4 plateaux joueurs (en carton très fin), des petites tuiles en carton pour les ressources et les bâtiments, des tuiles Commerce, des decks de cartes au format 4cm x 6cm. Il y a aussi des éléments de Pyramide en plastique et des pions Maison en plastique de quatre couleurs différentes (une par joueur), 4 cartes d’aide de jeu et, bien entendu, le livret de règles (24 pages en couleurs).

Tout cela compose un jeu à la cosmétique plutôt sobre, avec du matériel solide à défaut d’être extraordinairement beau et/ou original. Cela est compensé par des illustrations de bonne facture. Finalement, un bon rapport qualité/prix avec son prix de vente moyen de 40,00€.

Le plateau Joueur

LES PRINCIPES DE JEU

Comme dit plus haut, Zapotec est avant tout un jeu de placement d’ouvriers. Ici, les ouvriers sont des maisons que l’on va placer, à chaque manche, sur les cases des plateaux pour y récolter les ressources. Des ressources qui vont ensuite nous permettre de développer notre pyramide, d’effectuer des rituels et des sacrifices générateurs de points de victoire et de bonus.

Une partie se joue en cinq manches, ce qui en fait finalement un jeu expert de durée assez courte.  Et chaque manche compte deux phases.

UNE PHASE SIMULTANÉE

Dans la première phase, les joueurs révèlent simultanément  une carte Action de leur main. Cette carte Action va déterminer :

  • Le type de case sur lequel le joueur va pouvoir poser ses pions Maison
  • La colonne ou la ligne à exploiter sur son plateau Joueur (ce qui va lui apporter des ressources)
  • Le rang d’initiative pour la deuxième phase.

C’est tout ! On passe ensuite à une phase par activation.

Les cartes Action

UNE ACTIVATION PAR RANG D’INITIATIVE

La deuxième phase est plus longue et plus complexe. Chaque joueur va la jouer complètement, à tour de rôle, en suivant l’ordre des rangs d’initiative. Elle est divisée en 5 étapes à exécuter dans l’ordre.

  • La première étape est celle des revenus. Le joueur reporte l’icône de la carte Action qu’il a joué sur la grille de son plateau Joueur pour y récolter les ressources fournis par les tuiles Bâtiment qui y sont posées.
  • Dans l’étape 2, dites Actions de la capitale, le joueur va pouvoir acheter des ressources en dépensant son Or,  utiliser des ressources pour construire des étages d’une pyramide, investir sur une des 3 cartes Rituel (des cartes contrats qui amènent des points de victoire en fin de partie) ou avancer son marqueur sur la piste Sacrifice (génératrice de bonus et de points de victoire). Aucune de ses actions n’est obligatoire, et peut être exécutée autant de fois que le joueur le souhaite (et le peut).
  • L’étape 3 est dite de Construction : en fonction de la carte Action jouée lors de l’étape 1, le joueur va pouvoir dépenser des ressources pour poser un de ses pions Maison sur une case du plateau. Par exemple, si la carte Action indique un Champ de maïs, il ne peut poser son pion Maison que sur une case où se trouve une tuile Champ de maïs. Si la carte Action indique la section Plaine, il ne peut poser son pion Maison que sur une case située dans l’une des trois section Plaine du plateau (non déjà occupée par une Maison) etc. Quand le joueur pose son pion Maison, il saisit la tuile Bâtiment présente sur la case et la place sur la grille de son plateau Joueur.
  • Dans l’étape 4, le joueur marque des points de victoire en fonction des cases activées par une carte Action posée au centre du plateau de jeu.
  • Dans l’étape 5, le joueur choisit une carte Action parmi celle disposées face visible sur le coté du plateau et l’ajoute à sa main.
Gros plan sur une Région

LA FIN DE MANCHE

S’il s’agit la cinquième manche, la partie s’achève. Les joueurs marquent des points supplémentaires en fonction de leur position sur la piste Sacrifice, des éventuels contrats remplis des cartes Rituel et l’état d’avancement des pyramides et les terrains qui lui sont liés (si la pyramide est liée à une zone Forêt, tous les pions Maison posée sur une case située dans une zone Forêt vont rapporter des points de victoire). A noter qu’une pyramide peut être composée d’éléments appartenant à différents joueurs.

S’il ne s’agit pas de la fin de la 5eme manche, on place la carte Action visible restante sur la case au centre du plateau et on reconstitue la rangée de cartes Action visibles avec les cartes jouées dans le tour par les joueur plus une piochée dans le deck. Et on entame un nouveau tour.

Les tuiles Commerce

L’AVIS DE G&P

Avec Zapotec, l’on est devant un eurogame de facture assez classique, à l’interactivité limitée et à la cosmétique très moyenne, mais qui présente quelques particularismes rendant le jeu intéressant. Fabio Lopiano nous propose ici une mécanique de placement d’ouvriers prenant en compte des éléments de combinaison/activation et de gestion de ressources. Comme souvent, cela aurait pu d’accoucher d’un jeu long et très complexe, réservé aux experts. Hors, ici, cela n’est pas le cas. Si Zapotec n’est assurément pas un jeu grand public, il  surprend à la fois par son accessibilité et sa fluidité.

Ces caractéristiques séduisantes sont en partie les résultantes d’un habile système d’engine-building que constitue le plateau Joueur. Une grille d’activation que le joueur va devoir habilement construire pour rendre efficace sa méthode d’évolution. C’est à la fois très ludique, et très malin, et les moyens de marquer des points de victoire sont très variés. D’ailleurs, comme les parties sont courtes, le joueur va devoir faire des choix. On aime beaucoup.

A noter qu’il existe un mode solo par automa, que nous n’avons pas encore eu l’occasion de tester.

LA FICHE TECHNIQUE

ZAPOTEC

Un jeu de plateau de Fabio Lupiano
Illustrations de Zbigniew Umgelter, Aleksander Zawada
1 à 4 joueurs / 60 à 120 minutes / 14 ans et plus
Thème(s): Histoire / Amérique Centrale / Précolombien
Mécanique(s): placement d’ouvriers / Draft / Gestion de ressources
Complexité: Expert
Matériel: 1 plateau principal, 4 plateaux joueur, 27 cartes Action, 10 cartes Rituel, 4 aides de jeu, 45 tuiles Bâtiment, 36 tuiles Commerce, 9 tuiles Score, 4 tuiles Palais, 36 maison, 20 disques, 4 étages de pyramides, +80 jetons Ressource, 27 cartes Cocijobot (mode solo), livret de règles.
Éditeur(s)Board & Dice / Pixie Games
Distributeur: Pixie Games
Prix moyen constaté: 40,50€

Nicolas Lamberti

Nicolas Lamberti, journaliste et traducteur freelance, critique littéraire et réalisateur de télévision

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.