Regard sur le premier numéro d’Architeuthis

C’est toujours avec une certaine satisfaction que l’on voit arriver dans nos maisons de presse un magazine de jeu de rôle. Cela tend à confirmer la relative bonne santé du milieu, d’autant plus que dans cette période où la presse écrite subit de plein fouet la concurrence du web, la tendance est plus celle des dépôts de bilan.  

Architeuthis est le fruit d’une campagne de financement lancée avec succès il y a peu sur Game On Tabletop par Posidonia. Son arrivée en kiosque n’a pas manqué de nous étonner et ce n’est donc pas sans une certaine curiosité que je me suis précipité chez mon buraliste pour quérir ce nouveau magazine. Au sommaire, des interviews, un dossier (l’affaire Sans Détour), des conseils, des aides de jeu, des présentations, un scénario, et un jeu de rôle complet. En tout 104 pages pour 6€, c’est déjà un bon point.

Je vais donc vous confier mon premier ressenti, suite à une lecture attentive de ce premier opus. Evidemment, tout ce qui suit n’engage que moi. Prêt.e.s? Go!

Commençons par le visuel, maquette et mise en page. Bon, j’avoue, je n’aime pas des masses. Posidonia assume ici un coté rétro, eighties, mais perso je trouve cela plus cheap et « amateur » qu’autre chose. La mise en page, le choix des polices, tout cela me ramène à l’époque des premiers Casus Belli, Dragon Radieux ou Chroniques d’Outre-monde. Cela peut évidemment jouer sur certains nostalgiques un effet madeleine de Proust. Je vois cela plus comme un handicap à son succès qu’autre chose, qui se rajoute à un titre à la fois abscons et difficilement prononçable (j’imagine la tête du buraliste quand il a reçu le produit). Bref, de part sa cosmétique, Architeuthis donne l’impression d’être un magazine de niche, à la limite du fanzine (de qualité).

Pour ce qui est des sujets traités, la lecture du magazine confirme rapidement cette première impression de produit de niche. Dans Architeuthis, pas de Donjons & Dragons, pas d’Appel de Cthulhu, pas d’Anneau unique, pas de produits Black Book ou Agate. Vous me direz, tous ces éditeurs et produits sont déjà bien couverts, ce choix est peut-être pertinent. Peut-être. En place et lieu des grands hits du marché, Architeuthis nous invite à découvrir des jeux de rôles et des éditeurs peu (ou pas, pour ce qui me concerne) connus, qui sont souvent des jeux en gestation. Des jeux de rôle se situant loin des standards habituels (comme les jeux de l’éditeur Axolotl) mais qui confirment la démarche de s’adresser plus au lecteur de CasusNo qu’au joueur occasionnel. Ce n’est nullement un défaut (j’ai découvert quelques jeux qui ne m’ont pas laissé indifférent) mais cela m’interroge sur les capacités du financement de ce magazine avec une distribution en kiosque.

Architeuthis colle également à l’adage « l’on est jamais mieux servi que par soi-même » et une partie de la pagination est consacrée aux jeux édités par Posidonia (une interview des auteurs de Les terres de Matnak, un scénario pour Gobelin qui s’en dédit, une nouvelle pour Emysfer et un PNJ pour Les apprentis sorciers). Le dossier, imposant avec 10 pages, offre au lecteur une étude assez pointue (et quelque peu déroutante pour moi qui suis loin d’être un spécialiste dans la gestion d’entreprise) sur l’affaire Sans Détour.  J’admets, j’ai perdu le fil en cours de route.

J’aime beaucoup la partie consacrée à Nindobustu. Une trentaine de pages qui incluent un jeu de rôle complet aux règles très accessibles et un scénario. Les joueurs sont invités à incarner des ninjas aux profils d’animaux. De l’anthropomorphisme bon enfant et de l’aventure baignant dans une ambiance exotique rafraichissante. De mon point de vue Nindobustu vaut à lui seul l’achat de ce magazine.

EN CONCLUSION

Si je ne suis pas totalement séduit par ce premier numéro, j’adhère totalement à l’idée de  laisser sa chance à Architeuthis et je suis très curieux de découvrir ce que nous réserve le prochain numéro. Cependant, comme je le disais plus haut, je me questionne sur la pérennité de cette entreprise. Au-delà du contenu, dont l’éclectisme et l’originalité peut l’amener à trouver son public, je pense qu’un effort devrait être fait sur la cosmétique. Je reste quand même très heureux de voir l’offre de magazine de jeu de rôle se diversifier avec l’arrivée dans les kiosques d’Architeuthis. Chacun pourra y trouver ainsi son bonheur.

LE SOMMAIRE

Les actualités

  • Le Graal d’Or
  • L’Empire des Cerisiers
  • Quel JDR pour le jeune public ?
  • Notre dossier du trimestre
  • Alkonost, le renouveau du livre-jeu

Focus découverte sur…

  • Axolotl
  • Teenage Thunder Fever
  • Seigneurs des Arcanes
  • Les Chroniques du lac d’or
  • Ynn Pryddein

Une interview de…

  • Les terres de Matnak
  • Guillaume Etuy (JDR d’anticipation 2103)

Scénario officiel pour…

  • Gobelin Qui s’en Dédit

Une nouvelle officielle pour…

  • Ėmysfer

Un PNJ officiel pour…

  • Les apprentis sorciers

Bonus

  • Nindobutsu – Un JDR petit mais costaud !
  • On seiche ?

POUR VOUS ABONNER, CLIQUEZ CI-DESSOUS

Architeuthis (Posidonia Editions) • Game On Table Top

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.